Nos thèmes de campagne : le choix des transports collectifs

Publié le par lise daleux

lise-et-daligny-avec-drapea.jpg

Transport
 
« Choisir les alternatives à la route »
 
Constats :
Dans la 11ième comme dans beaucoup de zones périurbaines, on observe une quantité de déplacements très importante aux heures de pointe, qui produisent des embouteillages notamment sur la RN41. On observe également une disparité de la desserte des transports en commun en terme de nombres de passages, d’heures et de zones desservies
Il y a aussi très peu d’aménagements cyclistes et qui ne sont pas reliés entre eux.
 
Nous proposons :
1)      De refuser toutes nouvelles infrastructures de type autoroutières et à des fins de transit : A24 et autres voies de contournement à son service.
2)      De mettre en place une consultation large des besoins en transport collectif et trouver les moyens d’y répondre
3)      De privilégier l’acheminement sur les gares : gares routières, métro et tram train. (pôles d’échanges réalisés ou à inventer : Armentières, Don, Lomme, La bassée…)
4)      De soutenir les taxis navette
5)      De développer le transport de marchandises par le fret SNCF notamment pour la zone d’Houplines comme prévu dans le cahier des charges initial et pour la zone multimodale de Lomme en obligeant la SNCF à investir dans le transport ferré.
6)      De privilégier les modes de transport doux avec un réseau de voies cyclables.
7)      De valoriser la production alimentaire et de matériaux de construction locaux en
encourageant les filières de distribution qui privilégient les produits régionaux et en
dynamisant les contacts directs entre producteur et consommateur : AMAP, marchés,
coopératives…
 
Le choix des transports collectifs
Denis Beaupin chef de file des Verts à Paris pour les élections municipales de 2008 est venu à sequedin saluer la création du CVO centre de valorisation organique conçu pour recycler nos déchets verts et produire par méthanisation, du gaz, pour faire rouler les bus de Tranpole. Cette initiative communautaire accompagnée par les Verts est un exemple à suivre en terme de choix politique au service du développement durable et de la planète.
Au-delà de cette initiative, le réseau de transport en commun ne cesse d’augmenter dans la métropole et les dessertes se multiplient. Les Verts présents dans les instances décisionnelles pèsent dans ces processus incitatifs visant la convivialité, la sécurisation de ces modes de transports.
Sur la 11ième circonscription du Nord , le réseau doit encore se densifier et permettre aux habitants des petites communes de se déplacer plus facilement dans la communauté urbaine et les Weppes.
Nous souhaitons également la mise en œuvre d’un « chèque déplacement » qui prennent en charge une partie du cout des abonnements de transports en commun et dynamiser les PDE plan de déplacement d’entreprise qui accompagnent le choix de transport de leurs salariés.
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lise daleux 30/05/2007 16:07

Bonjour, Une grande ville des Etats Unis a choisi le péage urbain, encouragée dans cette démarche par les trusts industriels et les compagnies de transport, soucieux de réduire l’encombrement et les bouchons pour gagner du temps et de l'argent.Dans ce cas de figure, la mesure, à première vue de protection de l'environnement, vient en réalité au service des intérêts économiques de ce qui peuvent se payer le luxe de polluer sur le dos du citoyen lambda au lieu de rechercher les modes de transports alternatifs.Ce n'est pas le sens de ma proposition. Je propose un péage urbain qui prenne en compte les nécessités de déplacements du citadin, les moyens dont il dispose et les moyens qui sont mis à sa disposition pour se déplacer autrement qu’en voiture. Je propose, pour ceux qui utilisent les villes comme zones de transit,  un péage urbain suffisamment incitatif  pour les amener à choisir des formes de transport  de  marchandises, moins polluantes.Lise Daleux

pmd 30/05/2007 13:54

bonjour, je viens de lire que vous désirez imposer un péage urbain,si cette mesure voyait le jour, la part à payer serait-elle fonctiondes revenus, du type de véhicule ou frapperait-elle de la même manière tous les automobilistes ?

pmd 29/05/2007 00:03

merci pour votre réponsepersonnellement la vie sociale au travail ne me convient pascar même si l on trouve toujours une ou deux personnes à quiparler, (des gens broyés par le système et qui ne demandentqu'une oreille attentive, mais sont eux mêmes mis en margeet montrés du doigt par "ceux qui savent tout"il faut en supporter 20 autres (beaufs, fachos, grandes gueules, gens sans gêne) sans compter tous les bruits alentour (travaux, alarmes,radios commerciales ou chansonnettes infantilisantes,sonneries de tf portable...)ah oui, aussi important, le civisme, respect des autres que j'essayed'inculquer à mes enfants en nommant leurs profs par exemple par Mr ou Mme, mais leur réalité est toute autre dans les cours de récré; que faire également pour que les jeunes prennent aussiconscience que leurs bruits incessants de pétarade dérangebeaucoup de monde et amène des situations de division et de rejetde la part d une population plus âgée, nous devons vivre ensembleavec nos différences, mais pas non plus imposer aux autresde nuisances inutiles

lise daleux 28/05/2007 13:43

D'accord avec vous sur ce point, c'est tout l'enjeu des villes numériques que nous défendons pour les prochaines échéances.Pour autant, le relationnel au travail  est une forme de vie sociale nécessaire pour l'équilibre personnel et collectif.Lise Daleux 

pmd 26/05/2007 18:54

quid du télétravail qui permettrait à certaines personnes (dans un premier temps) de ne pas avoir à se déplacer du tout ?je travaille sur ordinateur tous les jours et le travail fait au bureauaprès m être déplacé en voiture pourrait très bien être effectué de chez moi, la tête des chefs en moinsde plus pour de nombreuses mères de famille, j imagine qu il seraitagréable de pouvoir concilier vie familiale et professionnellesi le temps de transport (perdu par tout le monde) était compris dans le temps de travail, il y a longtemps que les patrons auraient investi dans cette voie